Catégories
Aide médico psychologique

Les effets psychologiques du divorce sur les enfants

Le divorce sera toujours un bouleversement traumatisant pour une famille et malheureusement, les enfants sont ceux qui en souffrent le plus. La séparation des parents et l’éclatement d’une famille peuvent laisser des cicatrices émotionnelles profondes chez les enfants qui peuvent entraver leur capacité à créer des relations saines à l’avenir. Il est important que vous compreniez les effets psychologiques du divorce sur les enfants et que vous sachiez comment prévenir très tôt des dommages irréparables.

La première année

Comme vous pouvez l’imaginer, les enfants luttent le plus pendant la première année du divorce, ce qui peut amener votre enfant à éprouver de la colère, de l’anxiété, de la détresse et de l’incrédulité. Alors que, la plupart des enfants finissent par s’adapter aux changements, comme les avocats spécialisés en divorce ont été témoins fréquemment, il y a certains enfants qui ne s’adaptent jamais complètement aux changements. Malheureusement, certains enfants peuvent finir par porter le fardeau mental jusqu’à l’âge adulte.

L’impact émotionnel

Un divorce a un impact émotionnel sur la famille et constitue un parcours tumultueux pour toutes les personnes concernées. Pourtant, les enfants reçoivent une toute nouvelle série de problèmes lorsque le divorce survient, car ils trouvent cela effrayant, déroutant et extrêmement frustrant puisque cela ne dépend pas d’eux.

  • Les petits enfants ont du mal à faire face à de nouvelles conditions de vie, car il leur est difficile de comprendre pourquoi ils doivent désormais partager leur vie et leurs biens entre deux foyers. Ils craignent également que si leurs parents ne s’aiment plus, leurs parents puissent, éventuellement, cesser des aimer ?
  • Les enfants d’âge moyen portent le poids du divorce sur leurs épaules. Ils croient souvent qu’ils l’ont provoqué, peut-être en se comportant mal ou en faisant quelque chose de mal. Ils se convainquent que le divorce est de leur faute.
  • Les adolescents prennent probablement le coup le plus dur. Ils commencent à être en colère à cause du divorce et de l’effet qu’il a sur leur vie. Un adolescent peut pointer du doigt et blâmer un parent plutôt que l’autre pour avoir causé le divorce. Ils peuvent en vouloir à l’un ou aux deux parents pour les bouleversements émotionnels apportés dans la famille.

Chaque famille est différente dans sa façon de s’adapter aux changements, mais il est très rare et en raison de circonstances extrêmes, qu’un enfant puisse ressentir un soulagement après un divorce ou une séparation, surtout si la séparation aura pour conséquence que l’enfant n’aura plus à vivre dans un foyer rempli de disputes, de tensions et d’hostilité.

Le stress du divorce

Le divorce va forcément changer la vie de votre famille et ce qui était considéré comme normal pour vos enfants ne l’est plus. Les enfants rencontrent d’abord le stress du divorce lorsqu’ils réalisent qu’ils perdent le contact quotidien avec l’un de leurs parents. Ce parent ne s’endort plus et ne se réveille plus sous le même toit. Cette diminution des contacts entre le parent et l’enfant affecte grandement leur lien. Comme c’est généralement le père qui quitte le foyer, les enfants n’ont pas l’impression que le lien avec leur père ne se rétablisse jamais vraiment. Ils se sentent moins proches de ce parent, et luttent pour garder cette relation intacte, comme elle l’était autrefois.

Un divorce affecte la relation de l’enfant avec la personne qui s’occupe principalement de lui, qui est le plus souvent la mère qui a la garde de l’enfant, car le stress peut augmenter à un niveau élevé lorsqu’il s’agit d’une situation monoparentale. Les enfants qui en ont fait l’expérience constatent qu’après le divorce, leurs mères sont moins affectueuses et moins solidaires, et leur capacité à discipliner devient moins cohérente et moins efficace pour les enfants.

Certains enfants ne trouvent pas que la séparation des parents est la partie la plus difficile à gérer, en fait, certains trouvent que la partie la plus difficile quand il s’agit de faire face au divorce est le stress qui l’accompagne. De nombreuses situations stressantes et inopportunes peuvent leur tomber dessus, comme un changement d’école, un déménagement ou un changement de maison et le fait de vivre avec un parent qui est plus tendu maintenant, avec plus de responsabilités, et un manque d’apparences de la part de l’autre. Ce stress peut grandement affecter la santé mentale de l’enfant.

Les questions financières sont également une composante majeure du stress qui survient après un divorce. De nombreuses familles peuvent devoir s’adapter à leur nouvelle situation financière, ce qui signifie qu’elles ne peuvent peut-être plus se permettre le style de vie auquel elles étaient habituées. Certaines doivent changer de maison ou de quartier et réduire leurs ressources matérielles. Cela amène les enfants à se sentir inférieurs à leurs pairs et les changements constants les font se sentir instables.

Les nouveaux ajustements

Malheureusement, les enfants doivent supporter de nouveaux ajustements en permanence. L’un des plus grands changements qui se produisent dans leur vie est le remariage d’un ou des deux parents. Les enfants souffrent souvent de changements dans leur dynamique familiale. De plus, une belle-mère ou un beau-père peut être un ajustement difficile à supporter pour vos enfants, cela ne fait qu’empirer si des demi-frères ou des demi-sœurs sont impliqués.

Il est fréquent que les deux parents finissent par se remarier, ce qui rend le changement difficile à accepter pour les enfants.

Les seconds mariages n’ont pas les meilleurs antécédents, et comme la plupart d’entre eux ont un taux d’échec élevé, les enfants traversent tellement plus de séparations et de changements dans leur vie qu’ils ne rebondissent jamais vraiment.

L’augmentation des risques pour la santé mentale

Les enfants, du plus jeune âge à l’adolescence, sont plus susceptibles de souffrir de maladies mentales après un divorce. Le divorce joue un rôle énorme dans l’augmentation des problèmes psychologiques que rencontrent les enfants, quel que soit leur âge, leur sexe ou leur culture, tout enfant ayant des parents divorcés est affecté mentalement.

Le divorce et les nouveaux ajustements qui l’accompagnent peuvent provoquer un trouble de l’adaptation chez les enfants ; bien qu’il soit généralement résolu en quelques mois. Cependant, on constate des taux élevés de dépression et d’anxiété chez les enfants à mesure qu’ils vieillissent, car le divorce laisse indéfiniment une empreinte intolérable sur leur vie.

L’augmentation des problèmes de comportement

Le divorce est connu pour provoquer des problèmes de comportement chez les enfants, comme la délinquance, les comportements impulsifs et les troubles du comportement. Des études ont montré que les enfants ayant une famille et un foyer biparentaux sont moins susceptibles de se livrer à de tels comportements. Les enfants du divorce connaissent également plus de conflits avec leurs pairs et, en vieillissant, cela ne s’améliore pas.

Les effets sur les études

Les enfants du divorce peuvent avoir du mal à obtenir des résultats scolaires. Cependant, les enfants qui ont trouvé le divorce de leurs parents inattendu ont tendance à avoir plus de difficultés à obtenir des résultats scolaires que ceux qui y étaient préparés.

L’augmentation des comportements à risque

Les enfants adolescents du divorce sont plus susceptibles de se livrer à des comportements à risque. Ils ont tendance à s’adonner assez tôt à la toxicomanie et à l’activité sexuelle. Les adolescents ayant des parents divorcés sont connus pour boire de l’alcool, s’adonner au tabac, à la marijuana et à d’autres drogues beaucoup plus tôt que leurs pairs.

Les adolescents dont les parents ont divorcé alors qu’ils avaient moins de cinq ans, étaient plus susceptibles d’avoir une activité sexuelle avant l’âge de seize ans. Le nombre de partenaires sexuels avec lesquels un adolescent s’engage augmente s’il n’a que peu ou pas de contact avec son père.

effets du divorce

L’âge adulte

Le divorce affecte grandement les enfants, mais les enfants qui grandissent dans une famille divorcée portent ces fardeaux jusque dans l’âge adulte. Les adultes qui ont vécu un divorce dans leur enfance ont du mal à entretenir des relations saines et ont du mal à nouer des liens dans les relations adultes. Les adultes issus du divorce sont également plus susceptibles de finir par divorcer.

Pour réduire les bouleversements psychologiques du divorce sur les enfants, il existe des outils auxquels les parents peuvent s’adapter, pour faciliter le processus.

  • Coparentalité : Si les parents trouvent des moyens de créer une relation civile entre eux et d’éviter les conflits intenses, les enfants risquent moins de souffrir. Les cris continus, les hurlements et l’hostilité sont plus susceptibles de provoquer des problèmes de comportement chez les enfants et de laisser des empreintes dommageables sur leur bien-être psychologique général.
  • Ne mettez pas les enfants au milieu : Entrer en compétition avec votre ex-partenaire ne fera qu’entraîner un traumatisme psychologique chez vos enfants. Essayer d’être le «meilleur» parent, insinuer qu’il vous aime plus, ou utiliser les enfants pour communiquer avec votre ex-conjoint sont toutes des méthodes très inappropriées et immatures qui ne font que nuire à vos enfants. Les enfants qui se retrouvent pris au milieu de la guerre de leurs parents ne peuvent que souffrir de dépression et d’anxiété.
  • Utiliser une discipline cohérente : Les parents doivent être sur la même longueur d’onde l’un envers l’autre en matière de discipline, car ne pas travailler en équipe pendant la coparentalité aura des effets indésirables sur vos enfants. De nombreux parents commettent l’erreur d’essayer de compenser l’absence d’un parent en cédant et en étant incohérents en matière de discipline. Vous devez établir des règles à la maison et les appliquer avec des conséquences. Une discipline efficace et cohérente, même après un divorce, fera que vos enfants seront moins enclins à la délinquance et amélioreront leurs résultats scolaires.
  • Maintenir une relation saine : Votre enfant a besoin que votre relation reste saine. Vous devez continuer à converser avec votre enfant, maintenir que votre maison est un endroit positif et entretenir l’affection. Les enfants qui ont moins de conflits dans leur vie font mieux face au divorce et une relation saine entre un parent et un enfant s’avère avoir un effet positif sur l’estime de soi de l’enfant.
  • Superviser votre adolescent : Les adolescents du divorce ont plus que jamais besoin des conseils de leurs parents pendant cette période. Les parents qui prennent le temps de communiquer et de passer du temps de qualité avec leur adolescent seront confrontés à moins de problèmes de comportement avec l’enfant. Votre adolescent est moins susceptible d’agir et de s’adonner à la toxicomanie ou de souffrir à l’école s’il sent que ses parents lui prêtent attention.
  • Encouragez vos enfants : Les enfants qui sont constamment encouragés par leurs parents se sentent plus autonomes que ceux qui ne le sont pas. Les enfants ont tendance à avoir moins d’estime de soi après un divorce et n’ont pas la motivation nécessaire pour croire en leurs capacités et si les parents ne les soutiennent pas et ne s’engagent pas dans la vie de leur enfant, ce dernier souffrira davantage de risques pour sa santé mentale.
  • Aider les enfants à faire face : Les parents qui enseignent à leurs enfants des compétences pour faire face aux situations de manière saine, comme l’expression de leurs émotions, la gestion des problèmes et la manière des résoudre vont mieux s’adapter au divorce. Les enfants à qui on n’apprend pas à gérer leurs sentiments ou à résoudre des problèmes vont succomber à des méthodes malheureuses comme l’évitement et les distractions malsaines.
  • Prévoir la sécurité : Les enfants qui ne se sentent pas en sécurité ou en sûreté souffrent généralement de problèmes d’abandon. Le poids du divorce retombe toujours sur les enfants car ils auront l’impression qu’un ou les deux parents les ont abandonnés. Cela se répercute sur leur avenir et les amène à craindre les relations et à avoir du mal à faire confiance aux gens et aux laisser entrer. Le fait de rappeler à votre enfant que vous l’aimez crée un environnement sûr et sécurisant qui empêche les problèmes d’abandon de survenir.
  • Demander de l’aide : Un divorce rempli de conflits et de douleur rend difficile la collaboration des parents, et il n’y a pas de honte à chercher de l’aide. Les parents qui se tournent vers le conseil afin d’apprendre à mieux co-parenter découvriront les changements positifs que cela entraîne sur leurs enfants. L’apprentissage de stratégies utiles pour réduire le stress et les conflits entre vous et votre ex-conjoint rendra le divorce moins perturbant dans la vie de vos enfants.

Les effets psychologiques sur les enfants diminueront-ils si les parents restent ensemble ?

Beaucoup de parents envisagent de rester ensemble pour le bien des enfants. Mais des études ont montré que les parents qui optent pour cette solution n’arrangent pas les choses, car les enfants témoins d’un mariage sans amour créent toujours des problèmes qu’ils porteront à l’âge adulte. Rester ensemble pour les enfants n’améliorera pas le climat de la maison. Les conflits et l’hostilité constants entre les parents ne passeront pas inaperçus. Les enfants ressentent la tension qui règne dans leur foyer. Votre meilleur pari est donc d’opter pour la solution qui diminue le stress et l’hostilité, même si cela signifie le divorce.

Les enfants auront-ils besoin de conseils après un divorce ?

Vos enfants auront du mal à faire face au divorce, quoi qu’il arrive ! Ils auront du mal à gérer leurs émotions et ils auront des comportements malheureux. Cependant, si vous constatez que l’humeur et le comportement de votre enfant sont devenus extrêmement dommageables ou dangereux, vous devriez envisager un conseil pour eux individuellement et, peut-être, ajouter une séance pour toute la famille.

Les répercussions du divorce vont être problématiques pendant un certain temps, mais c’est le travail d’un parent de s’assurer qu’elles ne sont pas durables. Les effets psychologiques du divorce sur les enfants ne disparaîtront peut-être jamais. Comme vous pouvez le constater, un grand nombre de ces répercussions comportent des risques pour la santé mentale. Ainsi, la meilleure chose que vous puissiez faire pour que votre enfant évite ces problèmes est d’essayer de rendre le processus aussi civil, sans stress et aimant que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *