Catégories
Conseil financier et gestion

Accords de partage des revenus : une nouvelle façon de payer pour l’université

Les jeunes croulent sous les dettes de prêts étudiants. Selon un rapport de la Réserve, 42 % de toutes les personnes ayant fréquenté l’université ont emprunté de l’argent pour la payer. La personne moyenne ayant des prêts étudiants en cours doit entre 20 000 et 25 000 euros et effectue des paiements de 200 à 300 euros par mois. Pire encore, beaucoup de ceux qui doivent de l’argent pour des prêts étudiants n’ont jamais terminé l’université – ils ont donc la dette sans le diplôme qui leur permettrait d’augmenter leurs revenus.

Certaines universités adoptent une approche originale de ce problème : laisser les étudiants financer leurs études supérieures par des investissements, plutôt que par la dette. Grâce à des accords appelés accords de partage des revenus (ISA), les étudiants peuvent payer leurs études en promettant à l’école une part de leurs revenus une fois qu’ils sont diplômés.

Un ISA peut être une excellente opportunité pour les étudiants qui ne parviennent pas à financer l’intégralité de leurs études universitaires par des bourses ou des prêts étudiants. Mais pour l’étudiant moyen, sa valeur n’est pas tout à fait aussi claire

Il est important de savoir ce que l’on peut faire.

Comment fonctionnent les accords de partage des revenus

Pour comprendre comment fonctionnent les ISA, pensez à la façon dont vous obtiendriez de l’argent pour lancer une entreprise. En supposant que vous ne puissiez pas payer vos frais de démarrage de votre propre poche, vous auriez deux choix de base : la dette ou les capitaux propres. Vous pourriez emprunter de l’argent pour faire décoller votre entreprise et le rembourser au fil du temps, ou vous pourriez trouver des investisseurs qui paieraient vos frais de démarrage et obtiendraient une part de vos gains si vous réussissez.

Typiquement, les étudiants qui ne peuvent pas couvrir tous leurs frais d’université doivent les payer en s’endettant. Les ISA leur permettent d’utiliser des capitaux propres à la place, en vendant essentiellement des actions d’eux-mêmes, avec l’école comme investisseur. Dans une interview avec Freakonomics, Mitch Daniels – le président de l’Université Purdue, l’une des écoles qui offre un ISA – appelle cela « travailler votre chemin vers l’université après l’université. »

Les AIS par rapport aux prêts étudiants

Lorsque vous contractez un prêt étudiant, vous empruntez une somme d’argent spécifique, que vous devez ensuite rembourser avec des intérêts. Après avoir obtenu votre diplôme, vous devrez payer un montant fixe chaque mois pour rembourser votre dette – et ce montant ne change pas en fonction de ce que vous gagnez. Si votre diplôme universitaire vous permet d’obtenir un bon emploi avec un salaire élevé, vous serez probablement en mesure de faire ces paiements facilement. Mais si vous ne pouvez pas trouver un emploi qui paie plus que le salaire minimum malgré votre diplôme, vous pourriez vous retrouver à lutter pour effectuer votre paiement chaque mois.

Avec un ISA, votre paiement mensuel n’est pas fixe. Au lieu de cela, vous acceptez de payer un pourcentage de votre revenu pendant un certain nombre d’années. Ce montant peut aller de 2 % à 20 %, en fonction de votre école et de votre majeure, et la période de remboursement est généralement de cinq à dix ans.

Ce qui signifie que le montant total que vous remboursez à l’école varie en fonction de vos revenus. Si vous êtes coincé à gagner le salaire minimum, vous payez moins au total que vous le feriez avec un prêt étudiant traditionnel. En revanche, si vous créez une entreprise prospère et gagnez des millions, vous payez beaucoup plus que vous ne l’auriez fait avec un prêt – mais alors, dans cette situation, vous pouvez facilement vous le permettre.

Détails des accords d’AAS

Evidemment, lorsqu’un collège conclut un ISA avec un étudiant, il veut s’assurer qu’il en a pour son argent. Cependant, les étudiants veulent aussi s’assurer qu’un AAS sera une affaire raisonnable pour eux avant de s’engager. Pour cette raison, les ISA comprennent généralement un certain nombre de dispositions visant à protéger à la fois l’étudiant et l’école. Ces dispositions comprennent :

  • Termes de remboursement variables. Le pourcentage de votre revenu que vous payez par le biais d’un ISA est souvent plus faible et le délai de remboursement est plus court si vous vous orientez vers un domaine plus lucratif. Par exemple, en échange d’une aide de 10 000 euros, un étudiant en ingénierie de Purdue paiera environ 3 % de son revenu pendant près de huit ans, tandis qu’un étudiant en anglais paiera 4 % pendant près de dix ans. Étant donné que l’étudiant en ingénierie gagnera probablement un salaire plus élevé, l’école n’a pas besoin de percevoir un pourcentage aussi élevé de ce salaire pour récupérer son argent. D’autres écoles font payer le même pourcentage à tous les étudiants, mais ne proposent des AAS qu’aux étudiants se spécialisant dans des domaines susceptibles d’être rentables.
  • Cap sur les montants de remboursement. De nombreuses écoles fixent une limite au montant que vous devez rembourser sur votre ISA. Ce plafond peut aller de 100 % à 250 % du montant que vous avez reçu dans le cadre du programme. Ainsi, si vous parvenez à créer une entreprise d’un milliard d’euros comme Facebook, l’école ne pourra pas réclamer une part de votre énorme manne.
  • Pas de limites au choix de carrière. Un ISA est clairement une meilleure affaire pour l’école si vous prenez l’emploi le mieux rémunéré que vous pouvez obtenir. Toutefois, si vous préférez un emploi moins bien payé mais plus satisfaisant à d’autres égards, l’école ne peut pas vous obliger à le refuser. Tant que vous versez un pourcentage de votre revenu comme convenu, vous respectez les conditions de votre AAS.
  • Pause pour les périodes non travaillées. Bien sûr, vous pourriez facilement exploiter cet accord en vous relâchant délibérément pendant les premières années suivant l’obtention de votre diplôme. Pour éviter ce problème, de nombreux accords ISA comprennent une clause qui met l’accord en « pause » pendant les périodes où vous ne cherchez pas d’emploi. Ainsi, si vous prenez une année sabbatique juste après l’université pour parcourir l’Europe sac au dos, votre AAS ne commencera pas avant votre retour et votre recherche d’emploi. Cependant, si vous passez cette année après l’obtention de votre diplôme à chercher un emploi et que vous n’en trouvez pas, l’horloge de l’ISA continue de tourner.
  • Pas de paiements en dessous d’un certain niveau de revenu. Payer 5% de votre revenu pour un ISA chaque mois peut être difficile à gérer lorsque vous gagnez à peine un salaire de subsistance. Pour cette raison, la plupart des ISA sont assortis d’un salaire minimum, généralement de 20 000 à 30 000 euros par an. Si vous gagnez moins que ce montant, vous n’avez aucun paiement à effectuer, et votre ISA ne fait pas de pause.
  • Limites en euros. La plupart des écoles fixent une limite au montant de l’aide que vous pouvez recevoir par le biais d’un ISA. Le maximum typique est de 10 000 euros par année. Selon le College Board, le coût moyen des droits de scolarité et des frais d’une année dans un collège privé de quatre ans est plus de deux fois supérieur à ce montant, de sorte qu’une AAS ne suffit généralement pas à couvrir la totalité des frais. Cependant, le « prix net » – ce que la plupart des étudiants paient réellement après les subventions et les bourses – est beaucoup plus bas, de sorte qu’un ISA pourrait suffire à combler la différence.

Comment les ISA se sont développés

L’idée des ISA existe depuis un certain temps. L’économiste Milton Friedman l’a proposée dans son livre de 1962 « Capitalisme et liberté », et l’université de Yale l’a expérimentée dans les années 1970. Environ 3 300 étudiants se sont inscrits à la Tuition Postponement Option (TPO) de l’école, qui organisait ses participants en cohortes. Chaque membre d’une cohorte acceptait de verser à l’école 4 % de son revenu annuel pour chaque tranche de 1 000 euros empruntés, jusqu’à ce que la dette de l’ensemble du groupe ait été remboursée.

Malheureusement, le programme de Yale n’a pas fonctionné comme prévu. La récession des années 1970 a fait que de nombreux membres de chaque cohorte n’ont pas pu trouver d’emploi, de sorte que ceux qui gagnaient de l’argent ont dû continuer à payer beaucoup plus longtemps que prévu. Finalement, les membres les plus riches de chaque cohorte ont exercé une option leur permettant de se retirer plus tôt du TPO en payant 150 % de ce qu’ils avaient emprunté, plus les intérêts. Cela laissait les membres à plus faible revenu porter le fardeau de la dette restante, qui a persisté jusqu’à ce que Yale mette finalement fin au programme en 1999.

Au même moment où le programme de Yale prenait fin, un économiste caressait l’idée d’en lancer un dans sa Colombie natale, où de nombreux étudiants talentueux abandonnaient l’université parce qu’ils ne pouvaient pas payer les frais de scolarité. Avec un entrepreneur qui a fondé une société appelée Lumni, qui soutient actuellement les ISA de quelque 10 000 étudiants en Colombie, au Pérou, au Mexique et au Chili. Jusqu’à présent, elle a fourni un total de 50 millions d’euros de financement, et elle se prépare maintenant à percer sur le marché.

La première université à adopter une ISA a été Purdue, avec son programme Back a Boiler (du nom de la mascotte de l’école, le Boilermaker). Ce programme a vu le jour en 2015, lorsque Daniels, qui avait lu des articles sur les ISA dans le livre de Friedman, les a mentionnés lors d’une audience du Congrès sur l’enseignement supérieur. Par la suite, il a déclaré à NPR qu’il était « submergé » de journalistes qui voulaient en savoir plus sur l’idée, alors il est retourné à Purdue et a constitué une équipe pour faire de cette idée une réalité. Depuis lors, plusieurs autres collèges et universités, ainsi que certains programmes de formation non universitaires, ont lancé leurs propres ISA.

payer université

Quelles écoles ont des ISA

La liste des écoles qui proposent des AIS est en constante évolution, car les nouvelles écoles essaient de nouveaux accords d’AIS ou abandonnent ceux qu’elles ont. Certaines écoles testent un programme d’ISA pendant quelques années seulement avant de l’annuler, comme l’a fait Yale dans les années 1970. En 2019, neuf collèges et universités ont des AIS :

  • Purdue University. Le programme Back a Boiler a été le premier ISA réussi dans le pays, et il est toujours le plus important. Lancé en 2016, il a fourni plus de 10 millions d’euros de financement à plus de 850 étudiants de l’université de l’Indiana. Elle offre une aide de 5 000 à 10 000 euros par an aux étudiants qui ont terminé leur première année, ont déclaré une majeure et respectent les normes de l’école en matière de « progrès académiques satisfaisants » vers l’obtention d’un diplôme. Les pourcentages de remboursement et les conditions varient en fonction de la spécialisation de l’étudiant. Les étudiants peuvent obtenir un accord AAS distinct pour chaque année qu’ils fréquentent Purdue, en additionnant le total des pourcentages de chaque accord pour déterminer le montant qu’ils doivent payer lorsqu’ils sont diplômés.
  • Lackawanna College. Ce collège privé de Scranton, en Pennsylvanie, propose son AAS  » Lackawanna Shares  » aux étudiants qui n’ont pas été en mesure de couvrir la totalité de leurs frais de scolarité grâce aux prêts étudiants. Pour être admissibles, les étudiants doivent avoir obtenu au moins 12 crédits en vue de l’obtention d’un diplôme en deux ou quatre ans dans l’un des 17 programmes spécifiés et doivent maintenir une moyenne générale d’au moins 2,5. Les étudiants bénéficient d’un délai de grâce de six mois après l’obtention de leur diplôme avant le début des paiements, après quoi ils doivent rembourser un pourcentage de leurs revenus pendant les cinq années suivantes. Toutefois, ils ne doivent effectuer des paiements que pendant les mois où leur revenu dépasse 1 666,67 euros, ce qui équivaut à environ 20 000 euros par an. De plus, le montant total du remboursement est plafonné à deux fois le montant que les étudiants ont reçu en financement.
  • Clarkson University. Le programme LISA (Lewis Income Share Agreement) de ce collège de New York est très sélectif, n’acceptant que 20 étudiants par an. Il fournit jusqu’à 10 000 euros par an aux étudiants inscrits dans plus de 95 programmes diplômants sur l’un des trois campus de l’école. Un étudiant qui emprunterait le montant maximal, soit 40 000 euros sur quatre ans, rembourserait 6,2 % de ses revenus pendant 10 ans après l’obtention de son diplôme.
  • Ce collège chrétien privé du centre de la Pennsylvanie a lancé un programme pilote d’AAS en juin 2018. Il a conçu le programme avec l’aide de avec Vemo Education, une entreprise technologique qui aide les collèges à développer et à lancer des ISA. L’ISA est ouvert aux étudiants de premier cycle de Messiah et aux étudiants diplômés en ergothérapie ou en physiothérapie. Les pourcentages de remboursement vont de 3 % à 3,5 % du revenu, les paiements étant supprimés pour les étudiants qui gagnent moins de 25 000 euros par an.
  • Université de l’Utah. Le programme Invest in U de l’université de l’Utah est également dans sa phase pilote. Il est ouvert uniquement aux étudiants de premier cycle qui sont à moins d’un an de l’obtention d’un diplôme dans l’une des 18 disciplines qualifiantes. Ces étudiants peuvent recevoir entre 3 000 et 10 000 euros pour combler les lacunes de financement après l’obtention de subventions et de bourses. Après avoir obtenu leur diplôme, ils remboursent 2,85 % de leurs revenus chaque mois sur une période de trois à dix ans et demi, en fonction de leur spécialité et du montant reçu. Les étudiants peuvent interrompre leurs paiements pendant qu’ils poursuivent des études supérieures, s’ils gagnent moins de 20 000 euros par an ou s’ils sont engagés dans un service volontaire.
  • Norwich University. Cette école du Vermont est le plus ancien collège militaire privé du pays. Parce que l’école est chère – plus de 60 000 euros pour l’année universitaire 2019-20 – 95 % de ses étudiants reçoivent une aide financière. En 2018, l’université a lancé une ISA avec Vemo dans le cadre de son plan décennal visant à éliminer les frais de scolarité initiaux pour tous les étudiants. Actuellement, l’ISA ne fournit une aide qu’aux juniors, aux seniors et aux étudiants de cinquième année qui risquent de décrocher en raison des dépenses.
  • Colorado Mountain College. Le CMC est un collège privé qui compte 11 campus. Il offre des baccalauréats dans cinq domaines – soins infirmiers, affaires, éducation, gestion et durabilité – ainsi que des diplômes associés et des certificats d’un an. Son Fund Sueños (fonds de rêve en espagnol), a été lancé en 2018. Il est réservé spécifiquement aux étudiants qui ont des besoins financiers mais ne peuvent pas recevoir d’aide financièreparce qu’ils ne sont pas citoyens. Financé par des donateurs privés, le fonds fournit à ces étudiants jusqu’à 3 000 euros par an – ce qui est suffisant pour couvrir les frais de scolarité, les frais d’inscription et les livres dans ce collège bon marché. Les étudiants commencent à rembourser ces prêts six mois après l’obtention de leur diplôme, mais seulement lorsqu’ils ont un emploi rémunéré à hauteur d’au moins 30 000 euros par an. Ils paient 4 % de leurs revenus pendant un maximum de cinq ans ou le temps qu’il faut pour rembourser le montant reçu (sans intérêt).
  • Make School. À Make School, une école de codage à San Francisco avec un programme de licence en informatique appliquée, une majorité des étudiants financent leur éducation grâce à l’ISA de l’école. Au lieu de payer 70 000 euros d’avance pour les frais de scolarité, ils s’engagent à verser à l’école 20 % de leur salaire brut pendant 60 mois après l’obtention de leur diplôme. Ils peuvent aussi partager la différence, en payant 35 000 euros d’avance plus 20 % de leur salaire pendant 30 mois. Ces paiements ne commencent que lorsque les diplômés ont décroché un emploi rémunéré à hauteur d’au moins 60 000 euros par an. L’école offre également une AAS d’aide à la vie, qui fournit 1 500 euros par mois pour les frais de subsistance en échange d’un supplément de 5 % à 7 % du revenu pendant 10 ans.
  • Holberton School. Ce collège d’ingénierie logicielle à but lucratif possède des campus en Californie et dans le Connecticut, ainsi que trois en Colombie et un en Tunisie. Son programme ISA permet aux étudiants de différer leurs frais de scolarité jusqu’à ce qu’ils obtiennent leur diplôme et trouvent un emploi rémunéré à hauteur d’au moins 40 000 euros par an. À ce moment-là, ils doivent verser à l’école 17 % de leurs revenus mensuels bruts jusqu’à ce qu’ils aient remboursé le montant total de leurs frais de scolarité. Si l’étudiant ne trouve pas un emploi dont le salaire dépasse le seuil fixé dans les deux ans suivant l’obtention de son diplôme, ses paiements d’AAS commencent à un taux de 0 euros par mois jusqu’à ce qu’il trouve un emploi. S’ils n’ont pas remboursé le montant total après 42 mois, l’école pardonne la différence.

Les programmes ISA ne sont pas réservés aux établissements qui délivrent des diplômes. Par exemple, l’extension de l’UC San Diego propose l’ISA San Diego Workforce Partnership aux étudiants qui obtiennent un certificat en développement frontal, en programmation Java, en marketing numérique ou en analyse de la veille économique. Les étudiants de la Lambda School, une académie de codage en ligne, peuvent reporter leurs 20 000 euros de frais de scolarité jusqu’à ce qu’ils trouvent un emploi rémunéré au moins 50 000 euros par an. Après cela, ils paient 17 % de leurs revenus pendant deux ans, jusqu’à un maximum de 30 000 eurosIl y a des cas où les frais de scolarité peuvent être reportés.Dans certains cas, il est possible de s’inscrire à un ISA même si votre école n’en propose pas. Une société appelée Align Income Share Funding, anciennement connue sous le nom de Cumulus Funding, coupe des accords ISA directement avec les étudiants. La société peut fournir jusqu’à 12 500 euros de financement en échange d’un maximum de 10 % de vos revenus sur une période de deux à six ans. Vous pouvez également utiliser un ISA Align comme une alternative à un prêt pour d’autres types de besoins financiers, tels que les factures médicales ou les réparations de la maison.

Pour et contre des ISA

Bien qu’un ISA ne soit pas techniquement un prêt, il s’agit tout de même d’une obligation financière. Vous recevez de l’argent de l’école, et vous avez l’engagement de le rembourser. Et bien qu’un ISA n’implique pas techniquement d’intérêts, le montant que vous remboursez est généralement supérieur à celui que vous avez emprunté, tout comme ce serait le cas avec un prêt

L’avantage, c’est que vous avez la possibilité d’emprunter de l’argent.

L’avantage est que vous savez que vos paiements resteront en ligne avec vos revenus. Si vous obtenez votre diplôme et ne pouvez pas trouver d’emploi pendant les cinq prochaines années ou si vous ne pouvez obtenir qu’un emploi faiblement rémunéré, vous n’aurez pas à extraire un paiement de 200 euros de votre maigre budget mois après mois. Et vous ne risquerez pas d’être en défaut de paiement de vos prêts étudiants et de voir les impitoyables collecteurs de facturess’en prendre à vous.

Bien sûr, le revers de la médaille est que si vous obtenez un emploi très bien rémunéré, vous finirez probablement par rembourser beaucoup plus que vous ne le feriez avec un prêt étudiant traditionnel. D’un autre côté, si vous gagnez un salaire élevé, ces paiements plus élevés ne seront pas aussi douloureux pour vous. Et comme la plupart des AAS ont un plafond, vous savez que vous n’aurez pas à payer des millions d’euros. De plus, le fait que votre école vous encourage à obtenir un emploi bien rémunéré, puisqu’elle gagne plus d’argent de cette façon, signifie qu’elle est fortement incitée à vous aider à réussir votre carrière.

Les AIS ne sont pas non plus aussi réglementés que les prêts étudiants. Cela signifie que vous ne pouvez pas nécessairement obtenir le même type de pauses sur eux, comme l’abstention – une pause dans vos paiements de prêt – si vous souffrez d’une difficulté, à moins que le contrat ISA n’ait cet avantage intégré.

Un dernier inconvénient est que la plupart des ISA ne vous fourniront qu’une somme d’argent limitée. Dans la plupart des écoles, vous ne pourrez pas couvrir la totalité de vos frais de scolarité avec un. À moins que vous ne puissiez obtenir une bourse, vous aurez probablement besoin d’un prêt étudiant pour couvrir le reste de la facture. Mais il y a des exceptions, comme le CMC parce que ses frais de scolarité sont si bas et les écoles de codage parce que leur pourcentage de remboursement est si élevé.

Comparaison des coûts

Alors, qu’est-ce qui est le mieux : un ISA ou un prêt traditionnel ? Si vous êtes moins préoccupé par le paiement de vos mensualités que par ce qui coûte le moins d’argent au total, cela dépend de vos conditions de remboursement et de ce que vous gagnez après l’obtention de votre diplôme.

Par exemple, considérez ce cas hypothétique : Un étudiant de Clarkson emprunte un total de 40 000 euros par le biais du programme LISA et doit rembourser 6,2 % de ses revenus pendant 10 ans. Cet étudiant obtient son diplôme et devient enseignant, gagnant 40 000 euros par an. Cela signifie que ses paiements pour la première année sont de 2 480 euros par an, soit 206,67 euros par mois.

Après cinq ans, l’étudiant obtient une augmentation à 45 000 euros, ses paiements passent donc à 2 790 euros par an (232,50 euros par mois). Sur les 10 années complètes, il rembourse un total de 26 350 euros – moins que les 40 000 euros qu’il a réellement reçus. Pour cet étudiant, l’EAS était clairement une bonne affaire. S’il avait contracté à la place un prêt étudiant sur 10 ans à 6 %, il aurait payé un total de 53 289 euros, soit plus du double.

Mais maintenant, regardez les chiffres pour une étudiante de la Make School qui choisit de couvrir la totalité de ses frais de scolarité avec l’ISA, en payant 20 % de son revenu pendant cinq ans. Lorsqu’elle obtient son diplôme, elle décroche un emploi rémunéré à 95 000 euros – le salaire de départ moyen que Make School dit que ses diplômés reçoivent. Ce salaire passe à 100 000 euros au bout de trois ans.

Sur une période de cinq ans, cette étudiante reverse un total de 97 000 euros à l’ISA. Si elle avait contracté un prêt étudiant sur cinq ans à 6 %, elle n’aurait remboursé que 81 197 euros, économisant ainsi près de 16 000 euros. Donc, pour cette étudiante, un prêt étudiant traditionnel aurait été une bien meilleure affaire.

De nombreuses écoles qui proposent des AAS, comme Purdue, fournissent un calculateur de comparaison pour vous aider à estimer le montant que vous pouvez vous attendre à payer avec un AAS. Entrez votre majeure et l’année d’obtention du diplôme, et il vous montre combien vos paiements sont susceptibles d’être basés sur le salaire moyen des personnes dans ce domaine. Vous pouvez utiliser ce chiffre pour comparer les coûts d’une AIS à ceux d’un prêt étudiant pour le même montant.

Comment décider

Si vous êtes comme la plupart des gens, le coût total n’est pas votre seule préoccupation. Vous voulez aussi savoir si un ISA a du sens pour votre situation particulière. Posez-vous quelques questions afin de déterminer si un ISA est une bonne option pour vous.

  • Où allez-vous faire vos études ? À l’heure actuelle, seuls quelques collèges offrent des AIS, mais cela pourrait changer à l’avenir. Si le vôtre n’en a pas, vous pouvez essayer d’en créer un par le biais d’Align. Cependant, vous devrez passer un contrôle de crédit et d’autres tests pour évaluer vos gains futurs probables.
  • Quelles sont vos autres options ? De toute évidence, la meilleure façon possible de financer vos études universitaires est d’obtenir des subventions et des bourses d’études, qui n’ont pas à être remboursées. Et pour de nombreux étudiants, les prêts étudiants, qui offrent de faibles taux d’intérêt et des conditions de remboursement faciles, constituent la deuxième meilleure option. Toutefois, si vous n’êtes pas admissible à l’aide, l’AAS sera probablement une solution plus abordable qu’un prêt étudiant privé coûteux. Il s’agit souvent d’une bonne option pour les étudiants éligibles au programme « Deferred Action for Childhood Arrivals », connu sous le nom de « Dreamers », qui ne peuvent pas recevoir d’aideen raison de leur statut de citoyen. Il peut également vous aider à payer votre chemin dans un programme d’établissement qui n’est pas admissible aux prêts, comme une école de commerce.
  • Combien avez-vous besoin ? Les 10 000 euros par année que la plupart des AAS peuvent fournir ne sont pas suffisants pour couvrir le coût total des frais de scolarité dans la plupart des écoles qui les offrent. La plupart des étudiants ont besoin en plus d’une combinaison de subventions, de prêts et de bourses. Toutefois, si vous avez déjà obtenu toutes les aides possibles de ces sources et que cela ne suffit pas à couvrir tous vos frais, une AAS peut être un moyen moins coûteux de payer le reste qu’un prêt étudiant privé ou un prêt PLUS. Et c’est certainement une meilleure alternative que d’abandonner l’école sans diplôme parce que vous n’avez pas les moyens de payer votre dernière année.
  • Quelle est votre majeure ? Dans de nombreuses écoles, le pourcentage de remboursement d’une AAS varie en fonction de votre majeure. Les étudiants dans les domaines STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) peuvent généralement s’attendre à payer un pourcentage plus faible de leur revenu pendant une période plus courte. Pour eux, l’AAS peut être une meilleure affaire qu’un prêt. Toutefois, pour les étudiants en sciences humaines et sociales qui gagnent moins, le pourcentage de remboursement est généralement plus élevé et la durée est plus longue. Pour ces étudiants, un prêt traditionnel est probablement plus avantageux. En fait, dans certaines écoles, l’AAS n’est même pas disponible pour les étudiants dans ces domaines, car il est trop difficile pour l’école d’en tirer un bénéfice.
  • Combien espérez-vous gagner ? Bien que les ISA soient de meilleures affaires pour les majors dont les perspectives de carrière sont généralement bonnes, ils constituent une mauvaise affaire pour les personnes dont les revenus potentiels sont très élevés. Comme le montant que vous payez est simplement un pourcentage fixe de votre revenu, les personnes à très hauts revenus sont susceptibles de finir par rembourser un peu plus que ce qu’elles ont emprunté Même si le remboursement total est généralement plafonné, ces personnes paient presque toujours plus par le biais d’un ISA qu’elles ne l’auraient fait avec un prêt traditionnel.
  • À quel point êtes-vous opposé à l’endettement ? Il n’y a aucun moyen d’être absolument sûr dès le départ si un ISA vous coûtera plus ou moins cher qu’un prêt étudiant traditionnel. Jusqu’à ce que vous obteniez votre premier emploi, vous ne pouvez pas savoir exactement quel sera votre salaire. Toutefois, un CÉP vous offre une garantie qu’un prêt étudiant ne peut vous offrir : vos paiements mensuels ne seront jamais supérieurs à un certain pourcentage de votre salaire mensuel. Si vous êtes terrifié à l’idée de vous retrouver sans emploi et accablé par une dette d’études que vous n’avez pas les moyens de rembourser, le choix d’un CEL peut vous rassurer. Et le fait qu’une ISA ne soit pas un prêt en fait une option attrayante pour ceux dont les croyances religieuses interdisent de facturer ou de payer des intérêts.

Mot final

Même si vous êtes sûr qu’un ISA est le bon choix pour vous, vous ne pourrez probablement pas l’utiliser pour couvrir tous vos frais universitaires. Cela vaut donc la peine de chercher d’autres moyens de limiter les coûts de l’université. L’épargne fiscalement avantageuse, les bourses d’études, l’obtention de crédits supplémentaires pour obtenir votre diplôme plus rapidement ou le fait de commencer dans un collège communautaire peuvent tous vous aider à maintenir la facture totale à un niveau bas et à réduire le montant que vous devez financer par le biais d’un ISA.

Que pensez-vous des accords de partage des revenus ? Ont-ils l’air d’une bonne affaire pour les étudiants ou d’une arnaque ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *